Bonjour, l’AVENT !

Nous savons que le mot « avent » est de la même famille que le mot « avenir ». Avec le temps liturgique de l’AVENT s’ouvrent donc des jours nouveaux. Venu un jour du temps, le Christ Jésus, l’Emmanuel, est là aujourd’hui pour nous et pour le monde. Inutile de chercher la date de son retour, il nous faut simplement veiller et prier dans la confiance. Ouvrons notre cœur à sa Lumière !

« Je le dis à tous, veillez ! » nous dit Jésus en ce premier dimanche de l’Avent.

Soyons dans la joie d’être appelés par le Seigneur afin d’être des veilleurs solidaires. Veiller sur les autres, son conjoint, ses enfants, sa famille, ses proches, ses amis, ses collègues, son entourage, sa paroisse, tous appelés à se donner du bonheur les uns aux autres.

Rompre l’isolement dans le contexte actuel de nos relations distanciées, avoir le souci de ceux qui sont dans la détresse et le besoin quand frappe la crise économique et sanitaire, répondre à ces appels nous tient en éveil.

Finalement, l’Avent est le temps de l’espérance ! Temps de l’attention, temps du courage, temps de l’action, temps de la foi pour renaître aux appels de Dieu. Que la prière quotidienne de chacun nous soutienne et nous aide à nous porter les uns les autres, en communion avec tous les souffrants, en cette période de pandémie, et avec tous ceux qui font advenir un monde nouveau de fraternité.

 Jean-Marc Boissard, prêtre

ACTIONS SOLIDAIRES PENDANT LE TEMPS de l’AVENT

Les enfants de la catéchèse reçoivent par le diocèse un calendrier de l’Avent à découvrir chaque jour. Ils feront des cartes décorées et des dessins qui seront remis dans nos EHPAD à Noël pour ravir nos aînés.

 

COFFRET PERSONNEL à OFFRIR, qui fait du bien et qui réchauffe :

Le diocèse propose à chaque chrétien de confectionner un colis de Noël dans lequel on pourrait mettre des produits non périssables, comme par exemple des produits d’hygiène et quelques friandises. Il s’agit surtout de faire plaisir et de donner du bonheur.

Nos paroisses sont en partenariat avec le Secours Catholique, le Secours Populaire, les Restos du Cœur, les CCAS, les EHPAD. Nous savons que les besoins sont criants en ces temps particulièrement difficiles. Avec eux, nous verrons à qui les remettre. Chacune de nos paroisses les collectera. Nous préciserons ultérieurement les lieux de dépôt. Pouvez-vous remettre votre cadeau avant le 20 décembre. Soyez-en remerciés.

VEILLEURS SOLIDAIRES, l’ESPERANCE nous met en chemin

Veillez en priant … 1er dimanche de l’Avent – 29 novembre

Réveillons notre foi car le Seigneur vient à notre rencontre
(Bénédiction des couronnes de l’Avent que l’on a fabriquées chez soi)

Veillez en priant… 2ème dimanche de l’Avent- 6 décembre

Allons au-devant du Seigneur qui vient….

Veillez en priant… 3ème dimanche de l’Avent – 13 décembre

Approchons-nous du Seigneur dans la joie…

Projet missionnaire pour nos trois paroisses, en ce dimanche de la joie :
En raison de la pandémie, de la vieillesse ou de la maladie, des personnes qui ne peuvent plus se déplacer souhaiteraient recevoir la sainte communion. Repérons-les et faisons-leur cette proposition. Que leurs noms et leurs adresses soient transmis, dès que possible, dans chaque paroisse afin que l’on puisse s’organiser. La communion sera portée dès la sortie de la messe. Ainsi, solennellement, les porteurs du pain de vie seront envoyés en mission, épaulés par la prière de la communauté. Si vous êtes volontaires pour porter la communion, faites-vous connaître auprès de votre paroisse.

(Semaine de la paix du 13 au 20 déc. avec Pax Christi sur le thème : Oser le dialogue et bâtir la paix entre personnes, peuples et nations ! www.paxchristi.cef.fr )

Veillez en priant… 4ème dimanche de l’Avent – 20 décembre

Avec Marie, rendons grâce à Dieu…


Tout au long de ces quatre dimanches, nous souhaitons mettre en valeur les actions et les gestes positifs que nous voyons autour de nous comme signes d’espérance. On pourrait les noter sur des feuilles aux couleurs d’automne que l’on collerait ensuite sur un livre, livre que l’on déposerait au pied de la mangeoire dans la crèche avec le lectionnaire de la Parole de Dieu, la nuit de Noël…
Ces petits signes donneront chair à notre prière communautaire.
Que chacun remette son papier, soit à la messe ou aux répondants de son village ou encore le transmettre par téléphone à une personne que nous connaissons bien et qui le remettra.

En soutien spirituel, le diocèse met à notre disposition une plaquette pour nous aider à goûter la Parole Dieu et prier, seul ou avec d’autres, en fraternité. On peut se la procurer à l’église en allant à la messe ou la demander à sa paroisse qui vous la remettra. Cette plaquette est intitulée : Parcours de l’Avent 2020 « Préparez le chemin du Seigneur ». Vous pouvez la télécharger ici

Pour plus d’informations : www.catho80.com et www.fmp.catho80.com

Veilleurs solidaires

————————————Veilleurs Solidaires——————————— 

Vous êtes « des torches illuminant la nuit », écrit le pape aux monastères contemplatifs. Dans un tweet, le pape exprime sa reconnaissance : « Merci, frères et sœurs contemplatifs, vous êtes un soutien pour les faibles, des balises qui signalent le port, des torches illuminant la nuit, des sentinelles annonçant le nouveau jour. »

——————————————————————————————————-

Reprise des MESSES DOMINICALES30 personnes autorisées jusqu’au 15 décembre dans l’attente de nouvelles directives gouvernementales pour la seconde quinzaine. Devant ces contraintes, vos prêtres et vos diacres ne choisiront pas 30 paroissiens pour venir à la messe. De quel droit ? Il n’y aura pas non plus d’inscription téléphonique pour participer aux offices. Vous avez donc cette liberté de venir ou de regarder la messe à la TV mais nous devrons respecter les décisions en vigueur.

Samedi 28 Novembre,

18h00 – messe anticipée  à QUERRIEU

Dimanche 29 Novembre

10h30 – messes à CORBIE et VILLERS-BRETONNEUX

Venir avec votre masque et si possible avec votre couronne de l’AVENT, pour qu’elle soit bénie afin de nous mettre en route ensemble.


Sur votre ATTESTATION de DEPLACEMENT DEROGATOIRE pour venir à l’église, cocher la 4ème case : « déplacements pour motif familial impérieux ».

Samedi 5 Décembre

18h00 messe anticipée à Villers-Bretonneux

Dimanche 6 Décembre

10h30 – messes à Fouilloy et Querrieu

« C’est Jésus qui nous a appris à parler aux pauvres  » Pape François

« Ne pas faire du mal, c’est bien. Mais ne pas faire du bien, ce n’est pas bon. Nous devons faire du bien, sortir de nous-même et regarder ceux qui ont le plus besoin. »

« Regarde, frère et sœur, les pauvres sont au centre de l’Évangile. C’est Jésus qui nous a appris à parler aux pauvres. C’est Jésus qui est venu pour les pauvres. Que chacun dise dans son cœur ce que Jésus nous dit aujourd’hui, qu’il répète dans son cœur : « Tends la main aux pauvres ». Jésus nous dit encore une autre chose : « Tu sais, le pauvre, c’est moi ». La Vierge Marie a reçu un grand don : Jésus lui-même, mais elle ne l’a pas gardé pour elle, elle l’a donné au monde, à son peuple. Apprenons d’elle à tendre la main aux pauvres. »        (Angélus du 15 novembre 2020)

 

Veilleurs solidaires dans le confinement

————————————Veilleurs Solidaires——————————— 

Avec la fête de la Royauté du Christ se termine l’année liturgique. Dimanche prochain, nous entrerons dans le temps de l’AVENT. En cette période de confinement, la prière et la Parole de Dieu sont notre pain quotidien… Cultivons donc notre vie intérieure. Dieu comble celui qui vient vers Lui…

Pour toute information, n’hésitons pas à consulter les sites de nos paroisses et celui du diocèse : www.catho80.com Jusqu’au 1er déc, les messes sont suspendues. Profitons des messes TV et des propositions des médias…

Ces petits qui sont mes frères

En cette fête du Christ, Roi de l’univers, l’Eglise oriente notre regard vers le Christ-Jésus, humble serviteur des hommes, et vers Dieu s’incarnant dans la figure pastorale du berger prenant soin de ses brebis, les séparant des boucs.

La première lecture et le psaume nous disent tout ce que le Seigneur fait pour prendre soin de nous. Dieu nous aime et nous le montre : « C’est moi qui fais paître mon troupeau…La brebis perdue, je la chercherai…La brebis qui est malade, je lui rendrai des forces… »

Dans un monde super connecté, on ne peut ignorer la maladie, la faim, la nudité, la condition d’être étranger, d’être prisonnier, impossible d’ignorer ces souffrances…

Aimer Dieu, c’est aimer l’homme, c’est inséparable. Jésus nous demande donc d’avoir la même attitude que Lui envers notre prochain. Cela est très exigeant et nous engage profondément. Reconnaissons humblement nos faiblesses et notre condition pécheresse car il est aisé de passer à côté de l’autre sans le voir ni l’entendre. Mais heureux sommes-nous quand nous donnons du bonheur. Nos actes ont poids d’éternité ! Que l’Esprit-Saint nous donne la grâce de rencontrer Jésus vivant dans le visage de nos frères!

Jésus nous rejoint dans le plus concret de nos vies. « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume… »

 Jean-Marc Boissard, prêtre

Appel des évêques de France : pas de liberté sans respect

« Pas de vraie liberté sans respect et sans fraternité », affirment les évêques de France dans une «interpellation » publiée ce 7 novembre 2020, après les attentats. « Tout est permis, mais tout n’est pas constructif », estiment-ils. Profondément meurtris par les attentats islamistes et plus particulièrement par celui d’un enseignant à Conflans-Sainte-Honorine, puis par l’assassinat de trois catholiques dans une église de Nice, les évêques de France, réunis en Assemblée plénière, condamnent sans réserve ces crimes.

Ils rappellent la forte déclaration du Pape François dans son encyclique « Tous frères » : « Le Grand Imam Ahmad Al-Tayyeb et moi-même avons déclaré fermement que les religions n’incitent jamais à la guerre et ne sollicitent pas des sentiments de haine, d’hostilité, d’extrémisme, ni n’invitent à la violence ou à l’effusion de sang. » (Fratelli Tutti, octobre 2020).

En s’associant à l’hommage national qui est rendu à Nice, à Simone, Nadine et Vincent, les évêques de France interpellent tous leurs compatriotes :

« Et si nous commencions par le respect et la fraternité ? La liberté doit être défendue, sans faiblesse. Est-ce à dire que la liberté d’expression ne doit connaître aucune retenue vis-à-vis d’autrui et ignorer la nécessité du débat et du dialogue ? Non, les croyants, comme tous les citoyens, peuvent être blessés par des injures, des railleries et aussi par des caricatures offensantes.

Plus qu’à des lois supplémentaires, nous invitons chacun, en conscience, au respect. « Liberté, égalité, fraternité » : la fraternité est une valeur républicaine. Notre exercice de la liberté ne peut pas l’ignorer. Nous devons en tenir compte dans nos comportements individuels et collectifs, personnels et institutionnels.

Nous vous partageons notre conviction profonde : la liberté grandit quand elle va de pair avec la fraternité. Comme le dit Saint-Paul : Tout est permis, dit-on, mais […] tout n’est pas bon, Tout est permis, mais tout n’est pas constructif. Que personne ne cherche son propre intérêt, mais celui d’autrui » (1 Cor 10, 23-24).

Il est temps de réfléchir à la manière dont nos institutions collectives et nos comportements individuels doivent promouvoir le respect et déployer la fraternité. Cette réflexion urgente doit être engagée par les pouvoirs publics. Elle concerne chacun d’entre nous. Elle nous concerne tous.                  

                                        Les évêques de France, réunis en Assemblée plénière

Le pape François : la prière doit être « le premier désir de la journée »

Dans sa catéchèse sur la prière du 11 novembre, le pape François a invité à « prier avec insistance, sans se lasser. On doit toujours prier, même quand tout semble vain, quand Dieu nous apparaît sourd et muet et qu’il nous semble perdre notre temps. La foi peut sembler une illusion, une fatigue stérile. Mais pratiquer la prière signifie également accepter cette fatigue. Jésus a pris sur Lui chaque cri, chaque gémissement, chaque joie, chaque supplique… chaque prière humaine… Et c’est pour cela que le chrétien qui prie ne craint rien ».

Message du père Yves Delèpine, administrateur diocésain

Amiens, le samedi 14 novembre 2020
 
 
 
                  Aux catholiques de la Somme
 
 
   Chers frères et sœurs,
   Chers amis,
  
 
Lors de la conférence de presse de ce jeudi soir, le gouvernement a confirmé les règles du confinement sans y apporter d’assouplissement. Dans un même temps, le ministre de l’Intérieur rassemble les responsables des cultes pour travailler avec eux sur la possibilité de se rassembler à nouveau dans des conditions acceptables. Nos évêques ne nous lâchent pas et n’ont de cesse de chercher le chemin, qui, dans le respect de la Parole de Dieu et de nos lois françaises, permettra à tous de continuer à suivre le Christ.
 
Ces annonces gouvernementales, même attendues, accentuent votre souffrance et celle de vos pasteurs de ne pas pouvoir se réunir pour prier ensemble. Nous l’éprouvons de plus en plus fort, la prière communautaire nous est vraiment nécessaire.
 
L’Eucharistie est source et sommet de la vie chrétienne. Cependant, recevoir le corps du Christ est avant tout une grâce et non un droit. En attendant la joie de pouvoir retrouver la communauté, nous allons devoir continuer à vivre davantage de la Parole de Dieu, à poursuivre notre prière dominicale en petites Églises domestiques, à prendre soin les uns des autres pour vivre concrètement la fraternité en Christ. Quand je prie, par la communion des Saints, toute l’Église est en prière.
 
Dieu nous invite inlassablement à sa table mais il prend toujours des chemins inattendus pour nous y conduire, dans le temps qui est le sien. Il faut nous y préparer avec foi et en entendant l’appel de Jésus : « Veillez donc car vous ne savez ni le jour ni l’heure » (Matthieu 25,13)
 
Veiller nous invite à la patience mais certainement pas à la passivité. Il s’agit de nous préparer à recevoir ce que Dieu veut nous donner en ne croyant pas que nos actions pourraient faire mieux et plus rapidement que Lui. Veiller demande de la persévérance. Cela « nous appelle à augmenter la puissance de cette ténacité intérieure, cette résistance de l’esprit qui nous permettent de ne pas désespérer dans l’attente du bien qui tarde à venir, mais de l’attendre, ou mieux encore, d’en préparer la venue dans une confiance active. »1
 
Comment nous préparer à retrouver le bienfait de nos rassemblements pour la célébration de l’Eucharistie ?
 
Si les célébrations ne sont pas permises, les églises peuvent rester ouvertes pour la prière personnelle.
 
Les prêtres restent disponibles pour vous. Lors d’une permanence annoncée dans l’Église, ou sur rendez-vous, il vous est possible de rencontrer le prêtre de votre paroisse, seul ou en famille, pour vous poser devant le Saint Sacrement, pour le sacrement de la réconciliation, pour un temps d’accompagnement spirituel, et aussi, de façon ponctuelle et après un temps de prière, pour recevoir la communion.
 
Certains d’entre vous n’en éprouveront pas le besoin et sauront se nourrir de la Parole de Dieu, d’autres viendront peut-être y puiser la force qui leur manque.
 
Durant ce confinement, les prêtres ont la possibilité de visiter les malades, les personnes seules ou isolées mais aussi les familles. Ils sont là pour vous. Chaque jour, en union de prière avec vous, ils célèbrent l’Eucharistie.
 
Bien sur toutes ces rencontres nous les vivrons en respectant les gestes barrières et en portant le masque. Chacun de nous doit prendre part à la lutte contre l’épidémie. Cela peut nous exaspérer mais je fais miens les mots que Tite reçoit de saint Paul : « Rappelle à tous qu’ils doivent être soumis aux gouvernants et aux autorités, qu’ils doivent leur obéir et être prêts à faire tout ce qui est bien ; qu’ils n’insultent personne, ne soient pas violents, mais bienveillants, montrant une douceur constante à l’égard de tous les hommes. » (Tite 3,1-2) C’est aussi l’action qui est en notre pouvoir afin de nous retrouver au plus vite pour célébrer ensemble l’Eucharistie !
 
Aidés de tout cela et avec la force du Seigneur, chacun dans le périmètre qui est le nôtre, ne renonçons pas à faire communauté : communauté de prière, communauté de veille, communauté d’attention aux plus fragiles, aux plus vulnérables…
 
Chers frères et sœurs, chers amis, je m’en remets à votre patience, votre persévérance et votre foi pour qu’ensemble nous nous tenions prêts, là où le Seigneur nous attend.
 
Ne cessant de faire mémoire de vous dans ma prière et de rendre grâce pour vous, je vous redis toute ma confiance.
 
 
 
Père Yves DELEPINE
Administrateur diocésain
 
 
 
NB : Pour vous rendre dans l’église ouverte la plus proche de chez vous, vous devez cocher sur votre attestation : « Motif familial impérieux ».