Archives de Catégorie: Editorial

Accueillir et écouter

 (3ème dimanche du temps ordinaire – 24 janvier 2021 )

La « Parole du Seigneur ». C’est elle que le pape François a voulu, ce dimanche, mettre au centre de nos vies. Cette parole, c’est le Christ Vivant, en personne. Son message est destiné à tous les hommes. Le monde passe, mais la « Parole » demeure pour qu’elle soit notre nourriture et qu’elle porte du fruit : « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile ».

Aussi étonnant que cela puisse paraître, Dieu, qui a parlé par les prophètes, veut encore nous parler et parler à chacun de nous. La Bonne Nouvelle du règne de Dieu nous est arrivée par Jésus. Qu’est-ce à dire ?

Pour être heureux, nous dit-il, croyez en moi, mettez vos pas dans les miens. Devenez mes disciples ou même mieux, devenez mes amis. C’est « maintenant » que je vous appelle. Oui, le Seigneur parle et notre réponse nous engage.

Les premiers à le suivre furent des hommes de la pêche : Simon et André. « Venez à ma suite, je vous ferai devenir pêcheurs d’hommes »

Ce n’est pas triste quand le Seigneur parle à l’intime de notre cœur. N’ayons pas peur. Laissons-nous aimer. Est-ce que dans ma vie, je Lui donne de la place pour L’accueillir et L’écouter dans sa Parole ?

Jean-Marc Boissard, prêtre

————————————Veilleurs solidaires———————————

Semaine de prière pour l’Unité des CHRÉTIENS

Martin Luther King : un rêve « toujours actuel », écrit le pape

« Chacun de nous est appelé à être un artisan de paix, qui unit au lieu de diviser, qui étouffe la haine au lieu de l’entretenir, qui ouvre des chemins de dialogue au lieu d’élever de nouveaux murs », écrit le pape en citant son encyclique Fratelli tutti (284)

« Dans le monde d’aujourd’hui qui doit faire de plus en plus face aux défis de l’injustice sociale, des divisions et des conflits qui entravent la réalisation du bien commun, ajoute-t-il, le rêve d’harmonie et d’égalité pour tous les peuples de Martin Luther King, obtenu par des moyens non-violents et pacifiques, reste toujours actuel.


Loi de bioéthique en France : les évêques invitent à 4 vendredis de jeûne et de prière

Le projet de loi révisant la loi de bioéthique revient bientôt devant le Sénat, en deuxième lecture. Le Gouvernement voudrait le faire aboutir sans retard. Ce projet de loi entraîne des risques graves pour notre société en bouleversant l’ordre de la filiation humaine, en ouvrant de fait un droit à l’enfant au lieu de défendre les droits de l’enfant, et en organisant sur les embryons humains des recherches qui ne respectent pas leur intégrité et qui n’ont pas pour première visée leur santé, mais plutôt une amélioration des succès de la technique de procréation médicalement assistée.

N’assistons-nous pas à un aveuglement diffus sur la dignité de tout être humain qui vient gratuitement à l’existence et qui doit être accueilli fraternellement ?

Les évêques de France, réunis en assemblée plénière, ont souhaité appeler tous les catholiques ainsi que les hommes et femmes de bonne volonté à se tourner vers Dieu en priant et en jeûnant pour Lui demander la grâce de nous ouvrir les yeux à tous et d’être ensemble des artisans du respect de tous les êtres humains dès leur conception.

La Conférence des évêques de France (CEF) publie ce document préparé par son Groupe bioéthique afin d’aider chacun à vivre entre janvier et début février quatre vendredis (15, 22, 29 janvier et 5 février) de jeûne et de prière. Cette démarche spirituelle pourra se vivre chacun chez soi, seul ou en famille, ou, si les normes sanitaires le permettent, en communauté.

Avec un cœur paisible mais sans relâche, les catholiques souhaitent aider notre société française à être une société de l’amour et de l’espérance dans la vérité et le respect de la dignité humaine, sans quoi la fraternité prônée dans notre devise républicaine ne serait qu’illusion.


Samedis 23 et 30 Janvier – couvre-feu – pas de messes

18h00- Célébration de la Parole de Dieu par VISIOCONFERENCE

S’inscrire sur : hbrandicourt@gmail.com

Dimanche 24 janvier -10h30 – messes à Méricourt-l’Abbé et
V
illers-Bretonneux

Dimanche 31 janvier-10h30 – messes à Fouilloy et Querrieu

Mémoire de Ste Bathilde – Reine – Fondatrice de l’Abbaye de Corbie

Nous avons appris le décès du papa de Bernadette Deroguerre, M. André DEBART à Franvillers. Nous lui adressons, ainsi qu’à sa famille, nos condoléances et notre union de prière.

Dieu appelle, saurons-nous l’entendre ?

  ( 2e Dimanche du temps ordinaire de l’Église – 17 Janvier 2021)

Que cherchez-vous, qui cherchez-vous ? Chacun a sa réponse, de la plus banale à la plus spirituelle. La Bible nous présente une succession de chercheurs de Dieu depuis Abraham jusqu’à Marie, en passant par Samuel, les prophètes et les apôtres que Jésus choisit.

Le psaume 39 de ce dimanche témoigne de la décision du croyant, décision qui peut venir après un long temps de mûrissement : « Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté ». A chaque fois que nous sommes prêts à dire : « Me voici », le dessein de Dieu franchit une étape. D’une attitude passive ou d’observation, nous devenons acteurs et moissonneurs de sa Parole.

Samuel se laisse interpeller (1ére lecture) : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute ». Se laisser enseigner par l’Esprit de Dieu change notre vision de la société, de l’Église et donne sens à notre vie. Nous prenons conscience que Dieu est là, en nous. Notre être tout entier ne demande qu’à servir. C’est la belle lettre de Paul que nous offre la seconde lecture : « Votre corps est un sanctuaire de l’Esprit-Saint ». C’est par notre corps, nos actions, nos relations que Dieu se rend présent au monde.

A ceux qui interrogent Jésus : « Où demeures-tu ? » « Venez et vous verrez » leur dit-il. Pas besoin de discours.

Jean-Marc Boissard, prêtre

———————————-Veilleurs Solidaires———————————–

Prière : Dieu notre Père, nous te bénissons pour ton Fils Jésus, entré dans notre monde, comme une étoile, pour guider nos pas et nous tracer le chemin de vie. Il est ta Parole vivante qui nous fait connaître toute chose. Nous te bénissons et nous te prions : par la lumière de ton Esprit, rends-nous attentifs aux messages que tu nous adresseras au fil des jours de cette année nouvelle, afin que nous puissions chacun te répondre, avec ton peuple : « Nous voici Seigneur. Gloire et louange à Toi pour les siècles des siècles. » Amen

Nous entrons, avant le Carême, dans le temps dit « ordinaire », des dimanches qui nous décrivent la prédication missionnaire de Jésus et ses appels à vivre, avec Lui, l’annonce de la Bonne Nouvelle. Jean-Baptiste utilise l’image de « l’Agneau de Dieu » pour dire à ses disciples qui est Jésus. Dans l’Exode, le sang de l’agneau sur les portes des maisons est le symbole fort de la libération des Hébreux d’Égypte, de l’appel de Dieu vers la terre promise. L’agneau est la représentation de la victime innocente, celle du Serviteur Souffrant dont parle Isaïe. Les chrétiens y voient l’annonce de Jésus torturé et crucifié. Glorifié par le Père dans sa résurrection, Il est l’Agneau vainqueur du mal qui nous libère du péché.

Samedi 23 Janvier – 18h00 – Querrieu – messe anticipée

Dimanche 24 Janvier -10h30 – messes à Méricourt-l’Abbé et Villers-Bretonneux

Du lundi 18 au lundi 25 janvier-Semaine de prière pour l’UNITE des CHRETIENS

Reconnaissons Jésus, Fils aimé de Dieu

 ( Baptême du Seigneur – Dimanche 10 janvier 2021)

 « Tu es mon Fils bien aimé, en toi, je trouve ma joie. » Cette parole de Dieu est une parole pleine d’amour et de reconnaissance pour son Fils. On imagine bien un papa, ou une maman, le dire à son enfant qui avance dans la vie : « Mon fils, ma fille, je t’aime et te voir grandir me rend heureux.

En adulte, Jésus franchit une étape décisive. Dans les eaux du Jourdain, Il se plonge, avec les chercheurs de Dieu de son peuple, pour y recevoir le baptême.

Jésus vient nous faire comprendre que le chemin du bonheur se trouve quand nous nous tournons vers Dieu. Depuis son enfance, Il avait intériorisé cet appel du Seigneur : « Prêtez l’oreille, venez à moi, écoutez et vous vivrez, je m’engagerai avec vous par une alliance éternelle. » (Prophète Isaïe, 1ère lecture)

Croire en Dieu donne de la joie. « Celui qui croit que Jésus est le Christ, celui-là est né de Dieu » nous dit Saint Jean. Le baptême chrétien signifie « être plongé », dans la mort et la résurrection de Jésus. Nous sommes donc immergés dans l’Esprit, Esprit-Saint qui nous est offert désormais par le Christ-Jésus.

Puissions-nous accueillir et reconnaître, tout au long de cette année nouvelle, les signes de l’Esprit. Au fait, quand est-ce l’anniversaire de mon baptême ?

Jean-Marc Boissard, prêtre

———————————-Veilleurs Solidaires———————————–

« Pour accomplir sa propre vocation, il est nécessaire de développer, de faire pousser et de faire grandir tout ce que l’on est… de se découvrir soi-même à la lumière de Dieu et de faire fleurir son propre être. » Pape François (Exhortation Christus Vivit,)

En ce dimanche se termine le temps de Noël et commence le temps de la vie ordinaire de l’Église. Nous assistons au premier évènement de la vie publique de Jésus au cours duquel Il reçoit sa mission lors de son baptême. C’est l’occasion, pour nous aussi, de faire mémoire de notre propre vocation de fils (fille) de Dieu, reçue à notre baptême. Nous sommes marqués du signe de la croix :  Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. Amen

Rendons grâce au Seigneur pour ses bienfaits.

Samedi 16 Janvier – 18h00 VILLERS-BRETONNEUX – messe anticipée

Dimanche 17 Janvier – 10h30 une seule messe à FOUILLOY

Reconnaissons Jésus, Lumière pour tous les hommes

Dimanche 3 Janvier 2021

En cette fête de l’Épiphanie, nous sommes appelés à témoigner de l’espérance. C’est en nos nuits que brille l’étoile. C’est en notre humanité souffrante qu’est né le Fils de Dieu. C’est au cœur de nos difficultés que Dieu nous donne sa tendresse. Jésus-Emmanuel nous aime d’un amour sans frontières. Il est le visage de la joie et de la paix. Que s’élève le chant de notre louange en cette année nouvelle !

Des étrangers, venant du bout du monde, scrutent dans le ciel les signes des temps. Leur voyage et leurs cadeaux montrent l’importance qu’ils accordent à leur visitation au nouveau-né de Bethléem. Guidés par l’étoile, par la main de Dieu, leur chemin s’éclaire. Se prosternant devant l’Enfant Dieu, leurs cœurs s’illuminent, un avenir s’ouvre différemment…

Cette rencontre ne peut nous laisser indifférent. Par des étrangers, Dieu nous invite à une fraternité universelle. Nous ne pouvons pas nous passer de l’autre car Dieu donne à chaque être sa lumière. La fraternité n’est pas acquise, elle se gagne. Elle est cet antidote au mal, à l’égoïsme, à la violence, au non-respect d’autrui. L’important est d’agir, de montrer qu’on est tous frères. Que par Jésus, notre joie demeure ! Bonne année à tous.

Jean-Marc Boissard, prêtre

Veilleurs solidaires

Un très grand merci à tous ceux qui ont offert un colis solidaire pour Noël à nos aînés et aux associations. Ils ont été ravis et touchés par votre générosité.


Le Pape François proclame pour l’année 2021 une « Année Saint-Joseph » et une « Année de la Famille » :

« Nous pouvons tous trouver en saint Joseph l’homme qui passe inaperçu, l’homme de la présence quotidienne, discrète et cachée, un intercesseur, un soutien et un guide dans les moments de difficultés. Saint Joseph nous rappelle que tous ceux qui, apparemment, sont cachés ou en « deuxième ligne » jouent un rôle inégalé dans l’histoire du salut. À eux tous, une parole de reconnaissance et de gratitude est adressée. »

L’ « Année de la famille » sera consacrée à la place de la famille dans l’Église, l’accompagnement des couples vers le mariage et dans les difficultés de la vie conjugale. Elle commencera à la Saint-Joseph le 19 mars 2021 et se conclura le 26 juin 2022 lors de la 10e Rencontre mondiale des familles à Rome.


En cette année nouvelle au cours de laquelle s’ouvrent tous les possibles, que le Seigneur nous bénisse au sein de sa création. Qu’Il fasse briller sur chacun son visage. Et que notre humanité retrouve la santé et la paix. Bonne année à tous.


Samedi 9 Janvier – 18h00 – QUERRIEU messe anticipée- Baptême du Seigneur

Dimanche 10 Janvier – 10h30 – messes à AUBIGNY et VILLERS-BRETONNEUX

Noël à la « UNE », Amour et tendresse

 Dimanche 27 Décembre 2020

« Regarder la crèche, c’est accueillir l’avenir avec courage. » Parole du pape François qui nous invite à « remercier Dieu de toute sa générosité dans nos vies et dans notre histoire. Remerciement qui ne veut pas être nostalgie du passé mais qui aide à susciter la créativité personnelle et communautaire parce que nous savons que Dieu est avec nous. Regarder la crèche, c’est découvrir comment Dieu nous associe à son œuvre et nous invite à accueillir avec courage et décision l’avenir qui est devant nous. »

« Un enfant nous est né. » Qui n’a pas été touché au plus profond de son être quand il tient un bébé dans ses bras ?

Voir la grâce de Dieu dans son enfant, dans un enfant : grande est la joie de Marie et de Joseph, accueillant leur nouveau-né qu’ils présentent au temple de Jérusalem.

Bonheur de Syméon, dès qu’il reçoit l’enfant dans ses bras : il le bénit et le reconnaît comme fils de Dieu. Comme lui, accueillons Jésus dans nos bras, nous abandonnant à sa tendresse et à son amour.

Bonheur de Anne qui, dans sa vieillesse, s’émerveille et proclame sa louange envers Dieu.

La liturgie fête une famille hors norme, et pourtant très humaine. Remercions le Seigneur pour chacune de nos familles. Confions-les, elles ont besoin de notre prière.

Jean-Marc Boissard, prêtre

————————Veilleurs Solidaires———————–

Reconnaissons Jésus au cœur des familles humaines

Amis, frères de partout, il est venu celui qu’on attendait. Connaissez-vous son nom ? Sur son visage danse le sourire de Dieu…

Il est né, il restera avec nous et la joie des hommes devient la joie de Dieu.

Il est né, il reste avec nous et la souffrance des hommes devient la souffrance de Dieu. Il est né, il reste avec nous et l’amour des hommes devient l’amour de Dieu. Il est né, il reste avec nous et ses paroles portent la vie en elles comme un printemps gonflé de promesses.

Connaissez-vous son nom ? Je vais vous le dire et je voudrais qu’il reste attaché à votre cœur. Il s’appelle EMMANUEL. IL est DIEU avec nous. C. Singer


VENDREDI 1er JANVIER 2021 – Nouvel An – 10h30 messe à AUBIGNY

SAMEDI 02 JANVIER – 18h00 VILLERS-BRETONNEUX – messe anticipée

DIMANCHE 03 JANVIER – 10h30 messes à FOUILLOY et QUERRIEU

En cette année nouvelle où s’ouvrent tous les possibles, que le Seigneur nous bénisse au sein de sa création. Qu’Il fasse briller sur chacun son visage. Et que notre humanité retrouve la santé et la paix. Bonne année à tous.

Cap sur Noël, avec Marie, accueillir l’inattendu

Dimanche 20 décembre 2020

Bonne nouvelle, il arrive ! Nous sommes à quelques jours de Noël, une naissance pleine d’espérance. Partageons la nouvelle !

Marie, Maison de Dieu ! En effet, Dieu a rendu visite par surprise à une jeune fille, alors inconnue, vivant à Nazareth en Galilée. Par la parole de l’ange, et avec son acceptation, l’Esprit-Saint vient habiter son corps pour enfanter le Fils du Très-Haut, attendu depuis des siècles.

En ce 4ème dimanche de l’Avent, Jésus est présenté comme celui qui accomplit la promesse de Dieu. (1ère lecture). Le roi David avait un projet, celui de construire un temple, c’est-à-dire une maison pour Dieu. Or, c’est l’inverse qui se produit. Dieu lui promet de construire sa maison en lui donnant une descendance qui régnera pour toujours.

La foi profonde et personnelle de Marie, croyante avec son peuple, est admirable car elle est capable de dire oui à un appel de Dieu totalement imprévu, risquant le qu’en-dira-t-on et la lapidation, elle qui est fiancée, promise à un homme de la maison de David, appelé Joseph.

« Comblée de grâce ». Suis-je, comme elle, en cette disposition de serviteur ou de servante du Seigneur ?

Jean-Marc Boissard, prêtre

————————————–VEILLEURS SOLIDAIRES—————————————

En cette année de crise sanitaire, les retrouvailles de Noël auront un sens tout particulier. Nous serons, en effet, tiraillés entre le besoin de retrouver des relations chaleureuses et la volonté de protéger les autres.

N’ayons pas peur de venir en famille aux célébrations de Noël, avec nos masques. Elles seront simples, dépouillées, mais notre prière sera celle d’apporter de l’amour et de la chaleur humaine.

MESSES DE NOËL :

Jeudi 24 décembre : 17h30 Corbie – 18h30 Querrieu et Villers-Bretonneux

Vendredi 25 décembre : 10h30 Bonnay (une seule messe)

NOËL dans nos villages :

Ribemont-sur-Ancre : crèche illuminée sur la place de la Mairie

FÊTE de la SAINTE FAMILLE : Messes

Samedi 26 décembre : 18h00 Querrieu

Dimanche 27 décembre : 10h30 Fouilloy et Villers-Bretonneux

—————————————————————————————————————–

Les anges de la Bible : l’Archange GABRIEL ( Evangile de St Luc 1,19 )

Gabriel est le messager des bonnes nouvelles. Il annonce à Zacharie la naissance de Jean Baptiste, à Marie qu’elle a été choisie pour mettre au monde le Messie. Gabriel signifie : « Dieu est ma force ». Marie, n’est-elle pas invitée à accueillir sa mission en s’appuyant sur la force de Dieu ?

Approchons-nous du Seigneur dans la joie

Le troisième dimanche de l’Avent se nomme « Gaudete », dimanche de la joie. La joie, car Noël est tout proche. Dans ce temps de préparatifs, posons-nous, repérons ce qui nous met dans la joie… Ouvrir chaque jour une fenêtre du calendrier de l’Avent, allumer une bougie, préparer la crèche, offrir au Seigneur sa journée, fleurir sa maison, penser aux autres, aux petits cadeaux à faire qui feront plaisir et à bien d’autres choses…

La vie en rose n’existe pas. Ce qui comptera pour cette semaine sera cette joie de croire, comme le propose Jean, le Baptiste, qui a reçu cette mission de « rendre témoignage à la Lumière, à Celui que nous ne connaissons pas assez, le Christ ». Il vient au milieu de nous… Y croyons-nous vraiment ?

C’est cette joie qui rayonne de la prière de la Vierge Marie : « Mon âme exalte le Seigneur, le Puissant fit pour moi des merveilles, Saint est son nom… » Qu’il est bon de se rappeler que l’on est aimé de Dieu, qu’il est bon de lui rendre grâce en toute circonstance !                        

 Jean-Marc Boissard, prêtre

Allons au-devant du Seigneur qui vient

Avent, ce mot qui s’écrit avec un « e » et non avec un « a », nous projette vers le temps de l’avènement du Christ… C’est le sens liturgique de ce deuxième dimanche. Isaïe est le prophète de cette annonce : « Consolez, consolez mon peuple, voici votre Dieu. »

Dans l’Évangile, un fleuve d’eau vive coule. Jean Baptiste, prophète d’espérance, crie dans le désert : « Le Seigneur vient, préparez son chemin… Convertissez-vous pour le pardon de vos péchés. Moi, je vous ai baptisés avec de l’eau, Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. ». C’est une bonne nouvelle pour tous ! Allons-nous l’entendre ? Quel désir de changement, de conversion m’habite ?

Jésus est pour Marc, l’« Évangile », le messager de la Bonne Nouvelle de Dieu. Il est appelé « Christ, Fils de DIEU », c’est-à-dire celui qui fait advenir le règne divin sur terre. C’est un nouveau commencement. Lui seul est Sauveur car Il nous plonge dans l’amour du Père. C’est Lui désormais qu’il faut suivre, Il est le chemin de vie…

 Jean-Marc Boissard, prêtre

Bonjour, l’AVENT !

Nous savons que le mot « avent » est de la même famille que le mot « avenir ». Avec le temps liturgique de l’AVENT s’ouvrent donc des jours nouveaux. Venu un jour du temps, le Christ Jésus, l’Emmanuel, est là aujourd’hui pour nous et pour le monde. Inutile de chercher la date de son retour, il nous faut simplement veiller et prier dans la confiance. Ouvrons notre cœur à sa Lumière !

« Je le dis à tous, veillez ! » nous dit Jésus en ce premier dimanche de l’Avent.

Soyons dans la joie d’être appelés par le Seigneur afin d’être des veilleurs solidaires. Veiller sur les autres, son conjoint, ses enfants, sa famille, ses proches, ses amis, ses collègues, son entourage, sa paroisse, tous appelés à se donner du bonheur les uns aux autres.

Rompre l’isolement dans le contexte actuel de nos relations distanciées, avoir le souci de ceux qui sont dans la détresse et le besoin quand frappe la crise économique et sanitaire, répondre à ces appels nous tient en éveil.

Finalement, l’Avent est le temps de l’espérance ! Temps de l’attention, temps du courage, temps de l’action, temps de la foi pour renaître aux appels de Dieu. Que la prière quotidienne de chacun nous soutienne et nous aide à nous porter les uns les autres, en communion avec tous les souffrants, en cette période de pandémie, et avec tous ceux qui font advenir un monde nouveau de fraternité.

 Jean-Marc Boissard, prêtre

Ces petits qui sont mes frères

En cette fête du Christ, Roi de l’univers, l’Eglise oriente notre regard vers le Christ-Jésus, humble serviteur des hommes, et vers Dieu s’incarnant dans la figure pastorale du berger prenant soin de ses brebis, les séparant des boucs.

La première lecture et le psaume nous disent tout ce que le Seigneur fait pour prendre soin de nous. Dieu nous aime et nous le montre : « C’est moi qui fais paître mon troupeau…La brebis perdue, je la chercherai…La brebis qui est malade, je lui rendrai des forces… »

Dans un monde super connecté, on ne peut ignorer la maladie, la faim, la nudité, la condition d’être étranger, d’être prisonnier, impossible d’ignorer ces souffrances…

Aimer Dieu, c’est aimer l’homme, c’est inséparable. Jésus nous demande donc d’avoir la même attitude que Lui envers notre prochain. Cela est très exigeant et nous engage profondément. Reconnaissons humblement nos faiblesses et notre condition pécheresse car il est aisé de passer à côté de l’autre sans le voir ni l’entendre. Mais heureux sommes-nous quand nous donnons du bonheur. Nos actes ont poids d’éternité ! Que l’Esprit-Saint nous donne la grâce de rencontrer Jésus vivant dans le visage de nos frères!

Jésus nous rejoint dans le plus concret de nos vies. « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume… »

 Jean-Marc Boissard, prêtre