Une invitation à la rencontre

Lors d’un mariage, nos regards se portent sur les époux qui scellent entre eux une alliance éternelle. Image forte de celle de Dieu qui scelle alliance avec son peuple pour toujours. Dans l’évangile de ce dimanche, il n’est question que de l’époux qui vient. Rien n’est dit sur son épouse. Cela ressemble étrangement à l’évangile des noces de Cana. Où se cache donc l’épouse ?

Dix demoiselles d’honneur attendent la venue de l’époux qui tarde. Pourquoi tarde-t-il ? Cherche-t-il son épouse ? Autant de questions sans réponses. Nous sommes renvoyés à nous-mêmes pour en trouver la clé…

Et si Jésus nous disait simplement que son épouse c’est l’Église qui attend son retour, ne sachant ni le jour ni l’heure, veillant dans la prière, lampes allumées.  Et si l’épouse c’était chacun, chacune d’entre nous avec nos communautés que le Seigneur attend !

Comme ces jeunes femmes, nous sommes tantôt insouciants, la tête ailleurs, croyants mais pas pratiquants, selon les moments… tantôt vivant dans la certitude que le Seigneur est à nos côtés…  Donc, vers quel but tendons-nous ? De quoi avons-nous soif ? Quelles sont nos attentes ?

Dans cette parabole, le Christ nourrit notre espérance en sa seconde venue. Pendant ce temps de confinement, ne manquons pas le rendez-vous de la rencontre avec le Seigneur. Prier, c’est tenir bon avec nos lampes allumées !

 Jean-Marc Boissard, prêtre

Publié le 7 novembre 2020, dans Editorial, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Une invitation à la rencontre.

Les commentaires sont fermés.